Découvrez quelques maladies capillaires

En attente de vote

La chute des cheveux peut s’expliquer par une maladie curable. Dans certains cas, la roulette de la génétique intervient, si bien qu’une petite intervention chirurgicale est requise pour soigner une perte de cheveux. Un cheveu naît, grandit et meurt. Ce cycle dure environ 5 ans. Cependant, cette évolution peut être troublée par le stress, un déséquilibre hormonal ou une pathologie du cheveu. Focus sur quelques maladies capillaires.

Notions concernant l’effluvium télogène

La chute de cheveux peut être héréditaire. Cependant, si elle se manifeste de manière anarchique, elle est souvent engendrée par des facteurs non génétiques. Dans le cas où la perte de cheveux est due à un choc émotionnel, à la prise de médicaments ou à une grossesse, l’on parle d’effluvium télogène. Cette forme d’alopécie s’exprime par une perte rapide des cheveux. Les follicules capillaires n’ont donc pas le temps de produire une nouvelle pousse. Cette maladie est curable. Souvent, elle est transitoire. Une thérapie composée de vitamines est le traitement prescrit pour amorcer la repousse.

Différences entre la pelade et la pseudopelade

La pelade et la pseudo-pelade diffèrent l’une de l’autre par la taille des plaques de calvitie visibles sur le crâne de l’individu. Elles sont plus importantes dans le cas d’une pelade que celui d’une pseudopelade.

Concernant la pelade, elle se traduit par une perte soudaine de cheveux sur différentes zones du crâne. Elle peut se manifester chez des personnes de bonne santé et dont le cuir chevelu est visiblement sain. En médecine, cette perte capillaire est classée parmi les maladies auto-immunes. Il s’avère qu’elle est due à une défaillance des follicules pileux qui cessent de se renouveler. Si l’on ne découvre aucune cause, plusieurs cas de figure sont envisageables. La pelade pourrait être favorisée par un ralentissement du renouvellement des bulbes, des prédispositions génétiques ou des facteurs psychologiques comme le stress et l’anxiété. Dans la plupart des cas, les cheveux repoussent spontanément.

Pour ce qui est de la pseudo-pelade, sa manifestation est plus lente. La calvitie est moins évidente. Elle peut s’attaquer aux adultes comme aux enfants. Il y a des chances que la perte de cheveux résulte en une alopécie définitive. Pour y remédier, il faut en déterminer la cause. Le médecin établit donc un traitement symptomatique pour soigner la pseudo-pelade. Il convient de consulter un dermatologue si la perte de cheveux excède une centaine de tiges par jour. Une fois le traitement en place, le processus de repousse démarrera.

Maladies capillaires à cause psychologique : la trichotillomanie

Ainsi qu’il a été mentionné plus tôt, le mental influe sur le cycle capillaire. Un trouble du comportement peut par conséquent provoquer une maladie du cheveu. C’est le cas de la trichotillomanie. En général, elle se manifeste chez les enfants. L’individu a tendance à s’arracher les cheveux, allant jusqu’à entrainer une alopécie circonscrite. L’enfant n’étant pas conscient de son tic s’arrache littéralement les cheveux sans s’en rendre compte. Chez l’enfant, la trichotillomanie n’est pas grave. En revanche, chez les adolescents et les adultes, elle est la preuve d’un problème psychologique à ne pas négliger. Cette manie ramène le plus souvent à un problème d’affection. Des traitements d’ordre comportemental peuvent être mis en place pour résoudre le trouble psychologique.

La greffe capillaire, une solution définitive

Si vous souffrez de problèmes capillaires et que vous perdez vos cheveux, la greffe de cheveux peut être la solution idéale pour en venir à bout définitivement. L’implant capillaire permet non seulement d’avoir une belle chevelure et plus volumineuse, mais aussi de vous aider à retrouver le moral. C’est le cas par exemple, des personnes qui souffrent de calvitie ou viennent de subir une chimiothérapie. La prise en charge par un chirurgien esthétique se fait avant et après l’intervention sous anesthésie locale.